L'Eglise

   


img-0376.jpg 

Au cœur du village se dresse une église romane, modeste édifice d’un style évoquant la sobriété stylistique du XIsiècle, loin des axes importants d’échanges culturels de l’époque. Cependant, elle devient dépendance clunisienne, mention datant de 1095, et participe à l’important mouvement religieux, culturel et politique développé au sein de l’abbaye de Cluny et dans ses nombreuses ramifications. Quelques moines dont un prieur élisent domicile à Arronnes et administrent les lieux. Quelles sont leurs tâches en cet endroit ?

 

Les comptes-rendus des visites des représentants de l’abbaye de Cluny au prieuré d’Arronnes indiquent l’activité importante donnée à l’hospitalité. Ils mentionnent les difficultés des moines à gérer des passages trop nombreux de moines de leur ordre, les vivres qu’il faut conserver pour cela. Ce petit prieuré rural dont on ne sait que bien peu de choses, ressemble probablement à de nombreux autres de ce type, implantés sur le réseau de chemins empruntés par les religieux clunisiens pour rejoindre dans la journée la dépendance suivante. Ils sont des relais offrant le gîte et le couvert. Leurs actions indiquent de ce fait leurs besoins et laissent sous-entendre leurs occupations. Les moines d’Arronnes, nous renseignent les textes de 1294, n’avaient « pas de lits » mais « des provisions jusqu’aux fruits nouveaux ». Constituer un garde-manger signifie produire les denrées nécessaires ou les faire produire. Un terrain à côté du village, au toponyme Plan Saint-Léger, indiquerait un espace en culture pour le compte du prieuré. Quelles que soient les réalités de ces temps anciens, il nous ait juste permis d’imaginer, de supposer…

 

Aussi, pourquoi ne pas imaginer un jardin, à proximité de l’église, qui rappelle leurs activités, leur mode de vie, la culture et la spiritualité de leur époque ? Dans ce jardin seraient cultivées des plantes qu’ils auraient pu connaître et utiliser. L’histoire de l’église devient ainsi un vecteur de la création du jardin par le biais des moines et les thématiques développées puisent dans ce champ historique et ethnologique.

 

L’église, qui veille depuis plus de neuf siècles sur le bourg, n’a conservé de cette période que la nef. Le plan en est particulier, presque carré : un vaisseau central encadré de bas-côtés sur trois travées, ce qui donne pour la nef, une longueur hors les murs de 15,12 m par 14,46. Quatre piliers massifs reçoivent les retombées d’arc de la nef, la séparant des bas-côtés.  Ce plan singulier, sur lequel ne figureraient que les éléments structurants et porteurs de l’édifice avec seulement le départ des murs, percés de passages et de baies, met en avant seize îlots en forme de T et de croix, plan d’un futur jardin.

 

 

 

 


288.jpg  13a.jpg  0161.jpg  5a-1.jpg  

Date de dernière mise à jour : 14/10/2013

 super fleurVilles et villages de France

Vacances Campagne
Gralon

SITES INTERNATIONAUX - catégorie france

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×